Willi Siber et Gabriele Chiari ont eu l’honneur d’avoir un bel article dans le journal DNA. Pour une lecture plus facile, voici ci-dessous une retranscription :

D’eau et d’acier…

« Les œuvres en acier de WIlli Siber semblent légères et dans les aquarelles de Gabriele Chiari, la gestualité est absente. Deux artistes novateurs. Deux artistes que 30 ans séparent, cohabitent dans la galerie Radial Art Contemporain par leurs œuvres qui occupent l’espace et le plan de manières originales. Les sculptures de Willi Siber l’Allemand et aquarelles de Gabriele Chiari l’Autrichienne réussissent à donner l’illusion du matériau pour l’un et l’ambiguïté de l’aquarelle pour l’autre. Travaillant par séries, le premier montre ici des pièces au sol et au mur qui interpellent. Sont-ce des tubes en caoutchouc pliés ? Non la couleur est singulière, le matériau inusuel et l’idée de la forme surprenante. Ils sont en acier, pèsent lourd contrairement à ce que l’œil imagine.  Aucun matériau n’est noble. AU mur, une pièce ovale se hérisse de brins de bois, le tout recouvert de laque pour auto. Minimaliste, relevant de l’Art Povera, cet art qui joue la partition en bleu clair, brun, vert, accroche la lumière, suscité le toucher pour vérifier et l’ensemble est beau, inventif même ludique. Exposant en Allemagne, aux USA, en Suisse etc…, certaines de ses œuvres figurent au parlement fédéral de Berlin, à l’ambassade d’Allemagne à Buenos Aires dans les préfectures de Stuttgart, de Tübingen, etc.  Diplômée de l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Paris, Gabriele Chiari développe son travail par l’aquarelle en grands formats avec une économie de moyens différente à chaque fois. Le papier épais est mouillé d’abord, travaillé en y incluant les effets du hasard ou non. Séchée, la feuille est à nouveau imbibée d’eau et le résultat se situe entre le dessin et peinture quand les pigments s’y intègrent. La zone colorée est parfois limitée par des rubans adhésifs. Sans pinceau, ce sont seringue et arrosoir qui font surgir tâches, lignes, zébrures ou nuage, la réserve blanche jouant un grand rôle. Présente à Paris au salon du Dessin, à Viennafair, à Salzbourg, à Zurich etc., ses œuvres en apparence faciles sont nées d’un processus complexe.«  Merci pour cette mise en lumière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *