Bertrand Gondouin  a eu l’honneur d’avoir un bel article dans le journal local DNA.

Pour une lecture plus facile, voici ci-dessous une retranscription :

Bertrand Gondouin, fausse fiction photographique

« Des photographes qui questionnent le lien entre le réel et sa représentation fictionnelle : Bertrand Gondouin est à l’affiche de Radial Art Contemporain.

Fruit de l’imagination, une fiction ne peut être juste et Bertrand Gondouin qui produit des images en écho à celles du cinéma s’est déjà inspiré de sujets fictifs. De fiction en fiction, il crée de nouveaux espaces, des intérieurs et des panoramas utilisant soit la réalité comme décor, soit le décor comme réalité.

Formé aux Beaux-Arts de Bourges, puis aux Arts déco de Strasbourg, il a obtenu un doctorat en Arts plastiques puis DEA dans un cursus cinéma.

Avec Stanley Kubrick et David Lynch.

Pour les neuf pièces exposées, Bertrand Gondouin se place dans la position d’un metteur en scène, se préoccupant des premiers et arrière-plans avec une technique parfaite. Pour la série Shining, les images proviennent du film de Stanley Kubrick. Il ne cache pas non plus ses références à l’œuvre de David Lynch. Ainsi, pour Muholland drive et pour les grands formats (60x150cm).

On peut se souvenir, ressentir l’atmosphère initiale par une réalité réappropriée.

La série de théâtres n’est pas faite de montagne. Le n°1 montre à travers les fenêtres de la CUS un panorama de Strasbourg, réalité que le cadrage, la lumière et l’heure métamorphosent. Los Angeles, Las Vegas l’ont inspiré. Dans Flamingo, le photographe parvient, par un quadrillage habile qui lui sert d’avant-scène, à structurer et diviser la ville des jeux. Il aime aussi piéger les lumières artificielles dans les couloirs déserts et ne photographier qu’un rideau qui suscite la curiosité.

Tirées à cinq exemplaires, ces images Diasec sur alu Dibond questionnent. Esthétique et technique font bon ménage ainsi. Depuis 2000, les expositions se sont succédé à Dresde, régulièrement en France pour la nuit des Musées (2005-2009), à Epinal, Mulhouse, au musée des Beaux-Arts de Besançon et au Frac Alsace en 2012.« 

Merci pour cette mise en lumière.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *