Hugo Schüwer-Boss a eu l’honneur d’avoir un bel article dans le journal local DNA. Pour une lecture plus facile, voici ci-dessous une retranscription :

Hugo Schüwer-Boss en ses peintures abstraites

« La galerie Radial poursuit son objectif pour faire découvrir des artistes qui construisent l’art contemporain actuel. Après Jean-Daniel Salvat et Frank fischer, Hugo Schüwer-Boss est un digne successeur. Franco-Suisse, né en 1981, Hugo Schüwer-Boss est diplômé des Beaux-Arts de Besançon. La « table rase » n’existant pas, il ne se veut pas novateur à tout prix, mais il cherche la peinture où elle se trouve et en fait son miel comme l’abeille butinant. Il est sûr que sa peinture abstraite s’inspire de l’Op’Art enseigné par Josef Albers au Bauhaus et de la grande exposition The Responsible Eyes de Brian de Palma à New-York en 1965. Avec ces bagages, Hugo Schüwer-Boss, devient le véhicule de ce qu’il sait, de ce qu’il voit, de ce qu’il veut. Il emprunte les codes de la publicité, du cinéma, de la musique parfois, et les tableaux installés dans la galerie sur les murs d’un blanc pur méritent l’appellation d’Omerta. Les cinq pièces présentées sont peintes sur des formats triangulaires, circulaires et octogonaux par des couches superposées d’acrylique en bandes de 3, 4 et 6 couleurs différentes. Ce jeu optique est rigoureux et les ombres portées en prolongent la forme sur le mur. Forme, fond et couleurs intimement unis, montrent que le peintre aime le vide, le trompe-l’œil et les jeux optiques dans la sobriété ; sa peinture n’est pas bavarde. Ses récentes expositions personnelles ont eu lieu à Genève en 2006, à Besançon en 2008, 2010 et 2012, à Lyon en 2011 et 2013. Collectivement, il a exposé à Genève en 2007, à Chamalot au Frac du Limousin en 2009, au salon de Montrouge, au musée des Beaux-Arts de Dijon, à la Biennale de Belle-Ville en 2010, à Tonnerre et à Chalon-sur-Saône en 2011, à Poitiers, à Paris, à Limoges en 2012, et en 2013 à Marseille dans la galerie Arnaud Deschin. Certaine de ses œuvres sont entrées dans les collections publiques du Fnac de Puteaux, du Frac de Besançon et dans celui de Limoges. «  Merci pour cette mise en lumière.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *