Ewerdt Hilgemann a eu l’honneur d’avoir un bel article dans le journal DNA.

Pour une lecture plus facile, voici ci-dessous une retranscription :

Un projet de sculpture de l’artiste allemand Ewerdt Hilgemann

« Le réaménagement en « magistrale piétonne » de la partie ouest de la rue du 22-Novembre doit être inauguré le 20 novembre prochain. Au sol, devant le numéro 16, les pavés marqueront déjà, par leur dessin, l’emplacement futur d’une œuvre d’art. 

 

« Lors des réunions de concertation pour le réaménagement de la rue du 22-Novembre, les habitants ont évoqué, au départ, l’envie d’une statue rendant hommage aux bâtisseurs de la voie. L’architecte Fritz Beblo, qui a dessiné plusieurs immeubles de cet axe, a été évoqué entre autres », explique l’adjoint en charge du quartier Paul Meyer. Qui rappelle également : « Malheureusement, la ville de Strasbourg n’a pu dégager de fonds publics ni pour ce projet ni pour celui d’une fontaine à boire en complément de l’aménagement de voirie ». 

 

Un procédé particulier 

C’est là qu’intervient Frédéric Croizer, de la galerie Radial Art Contemporain voisine, quai de Turckheim. Il représente l’artiste allemand Ewerdt Hilgemann pour la France et lui a consacré dernièrement une exposition dans ses locaux. En partenariat avec la fondation Pour Strasbourg et son président Jean-Louis de Valmigère, le galeriste est allé défendre auprès de la Ville, au printemps dernier, un projet de sculpture contemporaine sur cette nouvelle voirie. 

Forte de son expérience pour la collecte de fonds et la réalisation de la statue du chevalier Liebenzeller (inaugurée place des Tripiers en avril de cette année), la fondation repart presque aussitôt pour une nouvelle aventure de financement privé d’une œuvre d’art. La suggestion, pour l’artiste intervenant, de l’Allemand de renommée internationale Hilgemann séduit l’adjoint à la culture Alain Fontanel ainsi que Paul Meyer. Par ailleurs, cette proposition « a recueilli un assentiment large lors des dernières réunions publiques avec les riverains », souligne l’adjoint de quartier.

« Pour Ewerdt Hilgemann, âgé de 80 ans, l’amitié franco-allemande n’est pas qu’un sujet, c’est une question émotionnellement très forte », explique Frédéric Croizer. « Il a été véritablement touché qu’on lui propose sa première installation d’œuvre en France. 

 

Au moins 200 000€ à collecter 

Exposé de longue date dans des musées européens, présent avec ses réalisations dans l’espace public (à Amsterdam, où il vit depuis 40 ans, dans le quartier de Beverly Hills à LA ou encore, en 2014, sur Park Avenue à New-York), Hilgemann est réputé pour l’intervention d’un processus technique. 

Ses formes génériques en métal subissent une implosion, par aspiration de l’air qu’elles contiennent avec une pompe à vide. C’est la pression atmosphérique qui sculpte, en quelque sorte, la forme finale. La performance est autant dans ce procédé que dans la maîtrise quasi-totale de la forme finale des sculptures, par une pratique de plusieurs années. L’aléa de 10% restant donne autant de poésie à l’œuvre qu’une réflexion philosophique plus générale sur la création. 

Ewerdt Hilgemann a déjà passé cinq jours à Strasbourg lors du chantier, pour s’imprégner des lieux et de leur histoire. Il créera une œuvre spécialement conçue pour le site. « Il m’a confié que le défi qu’il se lance pour cette commande sera de renouveler complètement par rapport à ses précédents travaux », annonce encore Frédéric Croizer.

La collecte de fonds est officiellement ouverte depuis ce jeudi (*). « On peu contribuer dès 20€.  Pour Liebenzeller, le don le plus important a été de 10 000€, explique Jean-Louis de Valmigère. Le budget en cours d’élaboration « se tiendra dans une fourchette entre 20 000 et 250 000€ » précise encore le président de la Fondation. Qui ne cache pas son espoir de rassembler la somme en une année, « comme le projet s’inscrit dans une ville à 360 degrés, les mécènes aussi. La chose sera simplifiée par un dispositif fiscal européen qui permet des déductions même aux donateurs allemands ». « 

 

 

Merci pour cette mise en lumière.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *