Jürgen Elsner et Erik Oldenhof eu l’honneur d’avoir un bel article dans le journal Les affiches d’Alsace et de Lorraine.

Pour une lecture plus facile, voici ci-dessous une retranscription :

Jürgen Elsner & Erik Oldenhof, The colour of light

« La nouvelle exposition de la galerie Radial art contemporain vous propose de découvrir les dernières œuvres de l’artiste Erik Oldenhof

En dessous de la photo à rayure :  

Erik Oldenhof joue avec des contrastes forts et subtils pour créer des effets optiques vibratoires. Certaines couleurs prennent une nouvelle dimension avec des effets de lumières qui peuvent faire passer une couleur pour une autre. Pour illustrer la galerie Radial invite également un artiste pour qui la lumière est un élément prépondérant. Jürgen Elsner est un artiste qui se montre peu, hormis sa présence dans les institutions et des musées. 

 

Jürgen Elsner :

Né en Silésie, Jürgen Elsner s’installe en Allemagne en 1945. Dans les années 1960, deux tableaux de Joseph Beuys attirent l’attention de l’artiste où le motif de la croix, en se limitant aux tons gris, dégage une atmosphère pessimiste.

En s’inspirant de Wolgang Laib et de son maniement de matériaux naturels, Jürgen Elsner a l’idée d’utiliser, comme médium principal de son œuvre, l’huile d’olive de Toscane. Il la concentre dans des récipients de verre acrylique créant des installations minimalistes et sérielles où les signes et symboles religieux ont une place.

Pour Jürgen Elsner, la lumière est, par essence, de couleur jaune, dotée d’une matérialité qui lui est propre. Il concentre la lumière dans des tubes de verre acrylique, la disperse derrière des verres et la met en scène.

Jürgen Elsner crée des espaces de contemplation symboliquement fort dans lesquels la spiritualité peut s’exprimer sans aucune doctrine théologique. Il a créé un « mont de l’huile » en référence au Mont des Oliviers, composé de carrés de taille identique, remplis d’huile de pépins de courge sombre ou remplis d’huile d’olive étincelante comme le soleil. Accrochés au mur cette installation forme une croix rayonnante. 

Erik Oldenhof

C’est la simplicité qui fait la force de ce peintre.

Avec un minimum de moyens, comme en témoigne ses toiles faites de lignes. Erik Oldenhof s’efforce d’atteindre un rendement optimal dans l’art de la peinture.

C’est le processus de création artistique lui-même qui occupe le centre de toute son œuvre.

Avec, ces superpositions de couches de peinture, rajouts et limitations, surfaces plates et en relief, ombres et lumières, ornières creusées et intentionnellement déroutées, c’est tout un ordre sciemment créé et défait. 

Vues de loin, les toiles d’Oldenhof semblent ne se composer que d’austères structures linéaires soumises à des lois rationnelles. De plus près, des couches épaisses font vibrer et scintiller la matière en accrochant la lumière. Les irrégularités soulignent que ces formes abstraites n’ont pas été produites par une machine, mais intentionnellement, créées par l’artiste. « 

 

 

Merci pour cette mise en lumière.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *